Madrid et son caudillo

Francisco Franco Bahamonde (dit Franco) naît en 1892 et meurt en 1975. Il mène une carrière militaire dans la légion étrangère lors de combats au Maroc. Il devient colonel à trente ans, puis général de brigade trois ans plus tard. Il n’a cependant aucune formation intellectuelle, ne comprend rien à l’économie, et ses connaissances en politique sont elles aussi limitées. Personnage peu aimant, il déteste le multi-partisme, la liberté de pensée, les juifs, les francs maçon, le communisme et même la politique en général. Il voue en outre une véritable obsession à l’ordre, à l’autorité, au patriotisme et au catholicisme.

Il profite de la guerre civile espagnole des années 1930 pour prendre le pouvoir par la force, avec l’aide de l’Église, et dirige le pays d’une main de fer de 1939 à 1975. L’alliance de Franco avec l’Église lui permet de légitimer ses actes et de créer un véritable culte de la personnalité autour du « caudillo » (surnom donné à Franco). Prétextant recevoir ses pouvoirs de la grâce de Dieu et s’auto-proclamant « Généralissime des Armées » et « Chef du Gouvernement de l'État espagnol », il reste au pouvoir jusqu’en 1975. Avant de mourir, il nomme son successeur : le prince Juan Carlos, son petit-fils.